Pour que les liens créés au cours de la vie se perpétuent bien au-delà de la mort.

Gérer sa concession

Propriété des familles, pour une durée limitée ou illimitée, une concession donne droit à un repos éternel pour les défunts de celles-ci mais oblige également l’entourage à remplir un certain nombre de devoirs en matière d’entretien. Ainsi, il faudra désherber, retirer la mousse accumulée sur la pierre tombale, rejointoyer les pierres pour éviter que le monument ne s’abîme, etc. A cela vient s’ajouter ce besoin mêlé de devoir de se rendre régulièrement sur la tombe d’un proche, pour la fleurir et la nettoyer afin qu’elle garde une allure entretenue et accueillante.

Mais il n’est pas toujours évident de faire face à toutes ces exigences, surtout quand son lieu d’habitation est distant du cimetière. Aussi, pour éviter de recevoir un courrier recommandé avec accusé de réception de la part de la mairie en charge du cimetière où repose un proche, pour cause de tombe laissée à l’abandon, plusieurs entreprises, dont les Pompes Funèbres, proposent un forfait entretien à l’année.

Interlocuteurs administratifs

Il revient à la commune, et par conséquent à sa mairie, de veiller à l’octroi et au renouvellement de concessions funéraires ainsi qu’à l’entretien du cimetière de la ville ou du village. C’est elle en effet qui gère et perçoit les loyers des concessions, et qui se manifestera auprès des propriétaires ou de leurs descendants en cas de délaissement de la concession, selon un calendrier légal précis. En cas d’adresse inconnue ou d’absence de réponse de la part des personnes concernées, la mairie procèdera à un affichage public à l’entrée du cimetière, puis entamera le processus autorisé par la loi pour réduire les restes mortuaires et les placer dans un reliquaire déposé dans l’ossuaire municipal pour ensuite céder la concession à une autre famille.