Il n’y a pas de matière imposée légalement. On a même vu des réalisations en plastique dans certaines régions, notamment montagneuses. Traditionnellement, le caveau était maçonné selon les habitudes régionales, en briques dans les pays de la brique et en agglo dans les autres. Il a existé aussi des caveaux maçonnés en pierre. Le plus couramment, le caveau est en béton coulé et renforcé avec tiges métalliques quand il est réalisé artisanalement.
Mais de plus en plus, les caveaux sont préfabriqués en usine. Soit le bassin est façonné d’une seule pièce, il est dit monobloc, soit il est façonné par éléments séparés, des anneaux qui s’empilent. Le monobloc est plus lourd à installer mais offre une fiabilité maximale s’il est posé sur un lit de sol bien préparé.

La qualité de l’installation d’un caveau dépend beaucoup de la préparation du sol sur lequel est posé le caveau, quelle que soit la nature technique de la maçonnerie. En général, un lit caillouteux sous le caveau permet la dispersion dans le sol des eaux évacuées de son intérieur.
Le lit de pose doit être parfaitement horizontal et il est prudent de renforcer l’assise de l’ouvrage par des piliers de soutènement qui plongent en profondeur pour trouver le dur et résister ensuite aux mouvements naturels du terrain ou aux effondrements de terre.

Dans l’absolu, un caveau ressemble au principe du lego avec des éléments s’assemblant au gré des besoins. Il existe des modèles de une à plusieurs places, disposées à la verticale ou par deux côte à côte à chaque niveau. Tout dépend du nombre de défunts prévus initialement en occupation de la concession, de la superficie allouée par la commune et de la profondeur d’ouvrage envisageable. Bien souvent, les régions ont conservé des coutumes. Les tailles correspondent aux longueurs de terrain mis à disposition par les communes et la position de l’ouverture, par le dessus ou par le devant dans l’allée, obéit généralement à la logique d’usage dans chaque cimetière et parfois dans telle ou telle allée (les cimetières récents privilégient généralement l’ouverture par le dessus).

Si le caveau est généralement habillé ensuite par un monument, cela n’est nullement une obligation. Quand il reçoit en habillage un monument, le caveau peut lui servir d’assise et sa bonne stabilité dans le sol n’en devient alors que plus importante. Bien sûr, mieux vaut que la stabilité du monument soit assurée indépendamment par une fondation latérale prenant appui en profondeur. In fine, pour aller plus loin dans les explications techniques, il est possible de consulter le site du Centre Technique des Matériaux Naturels de Construction qui a édité un document pédagogique téléchargeable sur les règles de pose d’un caveau funéraire.

 

Types d'ouverture :

Caveaux à ouverture supérieure : 

                    

            ( Dalle à gravillons)                                       ( Dalle gazon)

 

Caveaux à ouverture frontale :

                                 

                             (Galerie à double accès)                            (Galerie sous allée) 

 

Positions d'ouverture : 

                                Ouverture centrée                                    Ouverture décentrée