Depuis 2008, les cendres ont un statut devant la loi. Il n’est par conséquent plus possible pour l’entourage de conserver les restes de la dépouille incinérée chez soi, ni de les disperser dans son jardin ou entre amis et proches. Le lieu de conservation des cendres est à déterminer par la famille ou les proches du défunt : Jardin du Souvenir, columbarium, caveau. En l’absence de décision instantanée, l’urne pourra être maintenue en lieu sûr au sein du crématorium durant une année complète. A l’issue de cette période, et si personne n’a statué, les cendres seront dispersées dans le Jardin du Souvenir du cimetière de la commune de décès. Un tel procédé permet à quiconque veut se recueillir auprès du défunt de matérialiser le lieu de son inhumation et ainsi faire son travail de deuil.

En cas de dispersion dans la nature, l’entourage responsable des funérailles du défunt incinéré sera dans l’obligation d’établir une déclaration auprès de la mairie du lieu de naissance du défunt, afin que son identité et le lieu de dispersion soient enregistrés et notés dans un registre. La dispersion sur les voies publiques est interdite.