Quand le dialogue n’est plus possible, de simples présents symboliques et pérennes permettent aux proches du défunt de marquer leur attachement… pour l’éternité.

Le pouvoir des fleurs

Qui dit « hommage », parle de gestes, de rites, de symboles… La fleur est en ce sens un hommage rendu au défunt. A l’occasion d’une cérémonie civile ou religieuse, la décoration florale, naturelle ou artificielle, occupe une place de choix. Elle permet de rappeler la personnalité du défunt et donne la possibilité à l’entourage d’exprimer sa douleur, sa reconnaissance, son amitié. Un rayon de lumière et de douceur à un moment où l’affliction submerge les proches du défunt.

Déposées dans le cercueil pour accompagner la dépouille dans son lieu d’inhumation, ou exposées sur le cercueil sous forme de couronnes, de croix ou de raquettes de deuil, les fleurs habillent nos cimetières de couleurs et de symboles. Les plus offertes sont les roses, symboles de l’amour, les chrysanthèmes, reflets d’éternité, ou encore les œillets, expressions de la douleur et de la fidélité éternelle.

Omniprésentes à l’occasion d’un hommage laïc, les fleurs sont aussi fortement appréciées dans le cadre des cérémonies religieuses, exception faite du judaïsme et de l’islam, qui leur préfèrent respectivement un caillou et du sable, jetés sur le cercueil avant la fermeture de la tombe.

Chaque fleur a sa symbolique, son sens caché, son message codé. Si elles rappellent le caractère éphémère et passager de la vie, toutes sont cependant là pour redonner espoir à l’entourage en deuil. La couleur blanche est souvent privilégiée pour les funérailles de jeunes enfants ; le rouge est signe d’amour… Mais chaque essence a sa signification spécifique.

Le dire avec des mots

Pour laisser un signe, reformuler ses sentiments, faire part de sa douleur, ou entamer un travail de deuil, l’entourage du défunt a la possibilité d’apposer sur le monument funéraire une plaque. Décorative et unique, sobre ou plus originale, elle reflète la personnalité du défunt, de ses derniers souhaits. En marbre, granit, résine ou céramique, fixée ou posée, elle comporte un dernier message et maintient le lien entre l’entourage en deuil et son défunt.

Cet hommage peut également être accompagné de fleurs, pour égayer la tombe. Cependant, la décoration florale naturelle étant pour le moins éphémère, elle est toujours davantage remplacée par des fleurs artificielles, plus vraies que nature. Un moyen de rendre hommage au défunt, autrement que par les mots.

Pour faciliter votre choix, les professionnels d’une entreprise de pompes funèbres se proposent de vous conseiller.

Le monument funéraire, une étape essentielle du deuil

Parce que faire son deuil c’est avant tout pouvoir maintenir un lien entre le monde des vivants et le défunt… Parce que les proches ont besoin de revenir sur le lieu de la sépulture ou tout simplement savoir que celui qu’ils aimaient est quelque part non loin d’eux… Le choix d’un monument funéraire est primordial, même s’il n’est en rien obligatoire.

Posé sur une sépulture en pleine terre ou sur un caveau, le monument funéraire comporte différents éléments : la pierre tombale, la stèle, réceptacle de l’identité du défunt ainsi que de ses dates de naissance et de mort, et enfin, le prie-Dieu, destiné au recueillement des proches sur la tombe.

En pierre, en marbre ou en granit, le monument funéraire est le lieu d’expression des sentiments de la famille à l’égard du défunt. Là peuvent être gravés ou déposés les derniers messages de l’entourage. Pour faciliter votre choix, les professionnels d’une entreprise funéraire se proposent de vous conseiller.